Mahé, Seychelles, 23 novembre 2019 : Avec l'appui et les conseils techniques de l'ALSF, et dans le cadre du Forum Africain sur l'Energie tenu à Maurice en 2018, les Seychelles ont lancé un appel d'offres conférant le droit de construire, financer, détenir et exploiter une centrale solaire photovoltaïque flottante, et raccordée au réseau d’une capacité de 4MW, sur la lagune le Rocher, à Mahé. Selon M. Wills Agricole, Secrétaire principal du ministre de l'Environnement, de l'Énergie et du Changement climatique, les Seychelles veulent, en ayant recours au photovoltaïque flottant (FPV), maximiser leur potentiel photovoltaïque solaire et donc compter sur des sources d'énergie propre et renouvelable plutôt que sur des combustibles fossiles importés.

ALSF : Comment avez-vous entendu parler de la Facilité africaine de soutien juridique ?
M. Wills Agricole : Nous avons entendu parler de la Facilité africaine de soutien juridique lors de la mise en œuvre du programme de partenariat public-privé (PPP) par le ministère des Finances avec l'appui de la BAD, mais nous n'avons pas approfondi la question. Au cours de l'appel d'offres initial du PV flottant, notre partenaire, la Coalition Clinton pour le Climat (Clinton Climate Initiative), nous a présenté l'ALSF, indiquant que l'ALSF peut fournir un soutien juridique, technique et financier au projet de PV flottant.

Pourquoi avez-vous choisi la Facilité pour vous soutenir dans le cadre du projet d'énergie des Seychelles ?
Le projet ne bénéficie pas de soutien en matière juridique, technique et de passation de marchés, d'autant plus qu'il s'agit du premier projet photovoltaïque (PV) à l'échelle d'un producteur indépendant d'électricité (IPP), même s'il est installé dans un environnement marin. La capacité du pays est limitée et la Commission de l'énergie des Seychelles (SEC) a besoin d'un soutien approprié pour assurer le succès de la mise en œuvre du projet ; raison pour laquelle la Facilité a été choisie.

Pourriez-vous nous en dire plus sur la situation actuelle de l’énergie aux Seychelles ?
Les Seychelles, en tant que petits États insulaires, dépendent fortement des combustibles fossiles pour la production d'électricité. La production, le transport, la distribution et la fourniture d'électricité sont assurés par la Public Utilities Corporation (PUC) (Société des services publics). Notre politique énergétique met l'accent sur la nécessité de réduire cette dépendance par le développement des énergies renouvelables (ER) et par une efficacité énergétique (EE) accrue.
La politique fixe un objectif de 5 % d'ici 2020 et de 15 % d'ici 2030 pour les énergies renouvelables dans la palette d’électricité. La demande de pointe actuelle avoisine les 60 MW, la puissance installée est de 90 MW et la production est principalement constituée de mazout lourd (HFO) ; l'approvisionnement en électricité des trois îles principales est effectué par le biais de la centrale électrique principale sur Mahé, avec une autre centrale sur Praslin, et l'électricité est fournie à La Digue par câble sous-marin.

Pourquoi les Seychelles ont-elles choisi la lagune à Providence ?
La lagune de Providence a été choisie comme site en raison de son accessibilité, de sa protection contre l'eau de mer, et de son apport au réseau. L'appel d'offres a été lancé en 2018 ; nous en sommes actuellement à l'étape de la demande de propositions et nous prévoyons de terminer la sélection vers la fin de 2019. Le projet consiste essentiellement en l'installation d'une centrale solaire photovoltaïque de 4 MW raccordée au réseau flottant, située sur la lagune à Providence. Ce projet est un projet IPP et sera la première centrale de FPV à échelle commerciale en Afrique dans un environnement marin.

Pourquoi est-il important pour les Seychelles de mettre en œuvre ce type de projet ?
En utilisant le FPV, les Seychelles peuvent maximiser leur potentiel solaire photovoltaïque et donc compter sur des sources d'énergie propre et renouvelable plutôt que sur des combustibles fossiles importés. Comme mentionné précédemment, le FPV résout le double défi des contraintes foncières et de la production d'énergie propre. Etant un projet d'énergie propre, il permettra au pays de réaliser d'importantes économies et gains de consommation de carburant. Parmi les autres avantages escomptés du FPV, nous pouvons citer un meilleur rendement de la centrale photovoltaïque en raison de l'effet de refroidissement sur les panneaux au-dessus de l'eau ; comme pour tout projet ER, des possibilités de création d’emplois pour les populations locales, comme avantage majeur, et l'exposition des Seychelles au monde en matière de FPV marin, offrant ainsi des possibilités de recherche et de formation.

Une fois ce projet terminé, comment voyez-vous la vie des Seychellois ?
Ce projet marquera une étape notable dans l'histoire des Seychelles et nous espérons que les Seychellois se sentiront fiers que leur pays arbore une plume de plus. Ce projet d'une si petite capacité, n'aura peut-être pas un grand impact direct sur la production d'électricité, mais il ouvrira la porte à un plus grand nombre d'IPP et à une participation accrue du secteur privé dans la production d'électricité à partir de ressources renouvelables.

Entretien réalisé par Eve Ehoura

À propos de l’ALSF
Créée en 2010, la Facilité africaine de soutien juridique est une organisation internationale hébergée par le Groupe de la Banque africaine de développement. Elle a pour mandat de fournir des conseils juridiques et une assistance technique aux pays africains dans le cadre de leur négociation de transactions commerciales complexes, des litiges avec les créanciers et d’autres transactions souveraines connexes. Elle élabore et propose également des outils innovants de renforcement des capacités et de gestion des connaissances.

Nous contacter
Eve Ehoura, Chargée de communication: e.ehoura@afdb.org

French
Share it now!
news-thumbnail: