L'ALSF en partenariat avec l'Université Eduardo Mondlane accueille la 6ième édition de l'Atlas de la législation minière en Afrique (AMLA)


Maputo, Mozambique, 4 décembre 2019 : Un atelier régional de sept jours visant à discuter des questions relatives au développement durable du secteur minier en Afrique, intitulé " L'Atlas africain 2019 de législation minière (AMLA) " a débuté le 2 décembre 2019 à Maputo (Mozambique). L'atelier a rassemblé des universitaires et des praticiens du droit dans le secteur minier qui servent de conseillers à l'équipe de recherche juridique pour faciliter le partage des connaissances et la création d'un réseau d'experts africains spécialisés.

L'ouverture officielle de l'atelier AMLA 2019 a eu lieu à l'Université Eduardo Mondlane, le lundi 2 décembre 2019 et a été présidée par le Recteur de cette Université, M. Orlando Quilambo.

Le projet AMLA est l'un des projets phares de l'ALSF, mis en œuvre avec différents partenaires, dont la Vice-présidence juridique de la Banque mondiale, la Facilité d’assistance technique dans les industries extractives, la Commission de l'Union africaine et plusieurs facultés de droit africaines dont les trois universités africaines qui seront les hôtes du projet AMLA, à savoir : l’Université Eduardo Mondlane (Maputo), l’Université de Strathmore (Nairobi-Nigeria) et l’Université Cheikh Anta Diop (Dakar-Sénégal)

Ce projet rassemble une cinquantaine de participants du monde entier, dont des responsables gouvernementaux, des représentants du secteur privé, des ONG, des organisations internationales telles que la Banque mondiale, des universitaires, des étudiants en droit de niveau supérieur et des juristes de 17 universités africaines et de 16 pays africains, dont 5 sont des États fragiles ou en transition vers le développement.

M. Quilambo, en qualité de Représentant officiel de l'événement AMLA, a souligné l'importance de l'atelier et du partage des connaissances sur le secteur minier. Il a poursuivi en exhortant les participants à la prudence quant à la manière de concilier les avantages et les inconvénients des investissements en capital dans le secteur minier.

Ce jour-là, d'éminents participants venus de tout le continent et d'ailleurs, y compris des responsables gouvernementaux, des représentants du secteur privé, d’ONG, d’organisations internationales tels que le Directeur national de la Banque africaine de développement au Mozambique, M. Pietro Toigo, Mme Esperança Bias, ancienne Ministre des Ressources minérales du Mozambique, Mme Marcelina Joel, Chef du Département juridique au ministère des Ressources minérales et de l'Energie et M. Adrian Sevano, Directeur de l'Institut national des mines du Mozambique.

Mme Noellie GAH, Chargée du projet AMLA et Coordinatrice à la Facilité africaine de soutien juridique (ALSF) a souligné l’importance de l'atelier pour l'avenir du secteur minier africain et a salué le rôle clé de l'ALSF dans le développement minier en Afrique.

À propos de l’ALSF
Créée en 2010, la Facilité africaine de soutien juridique est une organisation internationale hébergée par le Groupe de la Banque africaine de développement. Elle a pour mandat de fournir des conseils juridiques et une assistance technique aux pays africains dans le cadre de leur négociation de transactions commerciales complexes, des litiges avec les créanciers et d’autres transactions souveraines connexes. Elle élabore et propose également des outils innovants de renforcement des capacités et de gestion des connaissances.

Nous contacter
Eve Ehoura, Chargée de communication: e.ehoura@afdb.org
Noellie Gah, Chargée du projet de l'Atlas de la législation minière en Afrique : n.gah@afdb.org





Maputo, Mozambique, 4 décembre 2019 : Un atelier régional de sept jours visant à discuter des questions relatives au développement durable du secteur minier en Afrique, intitulé " L'Atlas africain 2019 de législation minière (AMLA) " a débuté le 2 décembre 2019 à Maputo (Mozambique). L'atelier a rassemblé des universitaires et des praticiens du droit dans le secteur minier qui servent de conseillers à l'équipe de recherche juridique pour faciliter le partage des connaissances et la création d'un réseau d'experts africains spécialisés.

L'ouverture officielle de l'atelier AMLA 2019 a eu lieu à l'Université Eduardo Mondlane, le lundi 2 décembre 2019 et a été présidée par le Recteur de cette Université, M. Orlando Quilambo.

Le projet AMLA est l'un des projets phares de l'ALSF, mis en œuvre avec différents partenaires, dont la Vice-présidence juridique de la Banque mondiale, la Facilité d’assistance technique dans les industries extractives, la Commission de l'Union africaine et plusieurs facultés de droit africaines dont les trois universités africaines qui seront les hôtes du projet AMLA, à savoir : l’Université Eduardo Mondlane (Maputo), l’Université de Strathmore (Nairobi-Nigeria) et l’Université Cheikh Anta Diop (Dakar-Sénégal)

Ce projet rassemble une cinquantaine de participants du monde entier, dont des responsables gouvernementaux, des représentants du secteur privé, des ONG, des organisations internationales telles que la Banque mondiale, des universitaires, des étudiants en droit de niveau supérieur et des juristes de 17 universités africaines et de 16 pays africains, dont 5 sont des États fragiles ou en transition vers le développement.

M. Quilambo, en qualité de Représentant officiel de l'événement AMLA, a souligné l'importance de l'atelier et du partage des connaissances sur le secteur minier. Il a poursuivi en exhortant les participants à la prudence quant à la manière de concilier les avantages et les inconvénients des investissements en capital dans le secteur minier.

Ce jour-là, d'éminents participants venus de tout le continent et d'ailleurs, y compris des responsables gouvernementaux, des représentants du secteur privé, d’ONG, d’organisations internationales tels que le Directeur national de la Banque africaine de développement au Mozambique, M. Pietro Toigo, Mme Esperança Bias, ancienne Ministre des Ressources minérales du Mozambique, Mme Marcelina Joel, Chef du Département juridique au ministère des Ressources minérales et de l'Energie et M. Adrian Sevano, Directeur de l'Institut national des mines du Mozambique.

Mme Noellie GAH, Chargée du projet AMLA et Coordinatrice à la Facilité africaine de soutien juridique (ALSF) a souligné l’importance de l'atelier pour l'avenir du secteur minier africain et a salué le rôle clé de l'ALSF dans le développement minier en Afrique.

À propos de l’ALSF
Créée en 2010, la Facilité africaine de soutien juridique est une organisation internationale hébergée par le Groupe de la Banque africaine de développement. Elle a pour mandat de fournir des conseils juridiques et une assistance technique aux pays africains dans le cadre de leur négociation de transactions commerciales complexes, des litiges avec les créanciers et d’autres transactions souveraines connexes. Elle élabore et propose également des outils innovants de renforcement des capacités et de gestion des connaissances.

Nous contacter
Eve Ehoura, Chargée de communication: e.ehoura@afdb.org
Noellie Gah, Chargée du projet de l'Atlas de la législation minière en Afrique : n.gah@afdb.org

Français
Share it now!
" data-share-imageurl="">
news-thumbnail: