La tendance vers une énergie verte, la décarbonisation constitue une opportunité pour l'industrie minière africaine

Abidjan, Côte d'Ivoire, le 15 décembre 2020 - Le secteur des ressources minières en Afrique devrait saisir les opportunités découlant de la tendance mondiale en faveur de l'énergie verte, ont déclaré les experts lors d'un atelier virtuel sur l'avenir de l'exploitation minière en Afrique après la pandémie de la COVID-19.

Le webinaire, organisé par le Centre africain des ressources naturelles (ANRC) et la Facilité africaine de soutien juridique (ALSF), deux entités de la Banque africaine de développement, en partenariat avec l'Institut nordique pour l'Afrique, s'est tenu dans le cadre d'une série où l'impact de la pandémie sur le secteur des industries extractives en Afrique, en particulier les minéraux, le pétrole et le gaz a été passé en revue.
Les participants au webinaire ont entendu que la tendance vers une énergie verte et la décarbonisation offre un potentiel important pour le secteur des industries extractives en Afrique.
L'une des opportunités réside dans la demande mondiale sans cesse croissante en lithium, qui est utilisé dans les batteries des véhicules électriques, des téléphones intelligents et pour conserver l'énergie produite en dehors du réseau.
« L'Afrique est stratégiquement bien placée pour tirer le maximum de profits de l'industrie mondiale croissante des batteries au lithium-ion (LIB) », a déclaré Dr Cosmas Ochieng, directeur de l'ANRC, qui a animé l'événement du 9 décembre.
En 2018, le Zimbabwe et la Namibie figuraient parmi les dix premiers producteurs mondiaux de lithium, le Zimbabwe détenant à lui seul 11 millions de tonnes de minerai de lithium dans ses mines de Bikita, dans la région de Masvingo. Les participants au webinaire ont exhorté les dirigeants africains à s'engager et faire de la production de batteries une priorité en vue du développement à l'échelle du continent.
Parmi les autres thèmes abordés par les participants, figurait la Vision minière africaine (VMA), un cadre politique mis en place par l'Union africaine en 2009 pour faire en sorte que l'Afrique utilise ses ressources minérales de manière stratégique en vue d'un développement global et inclusif.
« La concrétisation de la vision dépend d'une volonté politique forte et d'un engagement à développer des systèmes et des institutions de gestion des minéraux solides et compétents. Elle exige une compréhension astucieuse des avantages relatifs de l'Afrique dans la chaîne de valeur mondiale des minéraux », a déclaré Dr Antonio Pedro, directeur du bureau sous-régional de la Commission économique pour l'Afrique pour l'Afrique centrale.
Lors d'un exposé sur les catalyseurs du secteur après la pandémie, Dr Kwasi Ampofo, analyste des métaux chez Bloomberg New Energy Finance, a déclaré que "l'utilisation des énergies renouvelables est en hausse dans le secteur minier. Les investissements dans les énergies renouvelables ont considérablement augmenté au cours des dix dernières années", a-t-il déclaré.
M. Ampofo a exhorté les sociétés minières africaines à jouer un rôle de premier plan afin de réduire la teneur en carbone dans leurs opérations et d'assurer la transition vers l'énergie propre pour attirer des fonds « verts ».

Au sujet de l'ANRC
Le Centre Africain des ressources naturelles (ANRC) est une entité hors-prêts instaurée par la Banque africaine de développement pour aider les pays africains à gérer les ressources naturelles pour obtenir de meilleurs résultats en matière de développement.




Abidjan, Côte d'Ivoire, le 15 décembre 2020 - Le secteur des ressources minières en Afrique devrait saisir les opportunités découlant de la tendance mondiale en faveur de l'énergie verte, ont déclaré les experts lors d'un atelier virtuel sur l'avenir de l'exploitation minière en Afrique après la pandémie de la COVID-19.

Le webinaire, organisé par le Centre africain des ressources naturelles (ANRC) et la Facilité africaine de soutien juridique (ALSF), deux entités de la Banque africaine de développement, en partenariat avec l'Institut nordique pour l'Afrique, s'est tenu dans le cadre d'une série où l'impact de la pandémie sur le secteur des industries extractives en Afrique, en particulier les minéraux, le pétrole et le gaz a été passé en revue.
Les participants au webinaire ont entendu que la tendance vers une énergie verte et la décarbonisation offre un potentiel important pour le secteur des industries extractives en Afrique.
L'une des opportunités réside dans la demande mondiale sans cesse croissante en lithium, qui est utilisé dans les batteries des véhicules électriques, des téléphones intelligents et pour conserver l'énergie produite en dehors du réseau.
« L'Afrique est stratégiquement bien placée pour tirer le maximum de profits de l'industrie mondiale croissante des batteries au lithium-ion (LIB) », a déclaré Dr Cosmas Ochieng, directeur de l'ANRC, qui a animé l'événement du 9 décembre.
En 2018, le Zimbabwe et la Namibie figuraient parmi les dix premiers producteurs mondiaux de lithium, le Zimbabwe détenant à lui seul 11 millions de tonnes de minerai de lithium dans ses mines de Bikita, dans la région de Masvingo. Les participants au webinaire ont exhorté les dirigeants africains à s'engager et faire de la production de batteries une priorité en vue du développement à l'échelle du continent.
Parmi les autres thèmes abordés par les participants, figurait la Vision minière africaine (VMA), un cadre politique mis en place par l'Union africaine en 2009 pour faire en sorte que l'Afrique utilise ses ressources minérales de manière stratégique en vue d'un développement global et inclusif.
« La concrétisation de la vision dépend d'une volonté politique forte et d'un engagement à développer des systèmes et des institutions de gestion des minéraux solides et compétents. Elle exige une compréhension astucieuse des avantages relatifs de l'Afrique dans la chaîne de valeur mondiale des minéraux », a déclaré Dr Antonio Pedro, directeur du bureau sous-régional de la Commission économique pour l'Afrique pour l'Afrique centrale.
Lors d'un exposé sur les catalyseurs du secteur après la pandémie, Dr Kwasi Ampofo, analyste des métaux chez Bloomberg New Energy Finance, a déclaré que "l'utilisation des énergies renouvelables est en hausse dans le secteur minier. Les investissements dans les énergies renouvelables ont considérablement augmenté au cours des dix dernières années", a-t-il déclaré.
M. Ampofo a exhorté les sociétés minières africaines à jouer un rôle de premier plan afin de réduire la teneur en carbone dans leurs opérations et d'assurer la transition vers l'énergie propre pour attirer des fonds « verts ».

Au sujet de l'ANRC
Le Centre Africain des ressources naturelles (ANRC) est une entité hors-prêts instaurée par la Banque africaine de développement pour aider les pays africains à gérer les ressources naturelles pour obtenir de meilleurs résultats en matière de développement.

Français
Share it now!
news-thumbnail: